Gérez simplement vos types de contenu personnalisés et taxinomies

L’introduction des custom post types (types de contenu peraonnalisés en français) avec WordPress 3.0, et avec elle la redécouverte des custom taxonomies (taxinomies personnalisées) qui étaient elles présentes depuis la version 2.3, ce qui était une plate-forme de blogging principalement a pu réellement être considéré comme un CMS à part entière, grâce aux nouvelles possibilités offertes. Grâce aux deux plugins que je vais vous présenter, il est facile et rapide de mettre en place des types et taxonomies personnalisées pour étendre votre WordPress.

Pourquoi des plugins ?

Une question qui peut se poser : pourquoi utiliser des plugins, qui risquent d’alourdir WP, alors que l’on peut ajouter les types et taxonomies avec le code prévu à cet effet ?

Je préfère l’utilisation des plugins pour deux raisons :

  • Ne pas avoir à toucher le code justement. En tant que développeur de sites sous WordPress, je suis capable de le faire, mais pour une personne qui ne souhaite pas/n’a pas les compétences pour trop y toucher, cela permet de mettre en place ces extensions facilement.
  • Une certaine portabilité : le code pour créer les types et taxonomies se trouve dans le fichier functions.php du thème en cours. Si on désire changer de thème, il faut penser à copier les définitions dans le fichier correspondant du nouveau thème. Les plugins permettent de se passer de cette étape et donc gagner un peu de temps.

Bien entendu, cela ne dispense pas de la création des templates nécessaires (single et archive) si l’on souhaite leur donner une présentation différente.

Passons donc à la présentation de ces deux extensions, développées et maintenues par Amaury Balmer, français et co-fondateur de wordpress francophone qui plus est.

Simple custom post types

Après installation manuelle ou via l’installateur de l’administration de WP, le menu “types de contenu personnalisés” apparait dans la section réglages.

La première partie de la page contient les types déjà créés, pour pouvoir les modifier ou les supprimer, tandis que la seconde permet d’en ajouter un nouveau en remplissant quelques champs. Voici un exemple avec ma section réalisations pour mes projets clients.

Les principales sections à remplir se trouvent dans la colonne centrale, avec le nom du type, les fonctionnalités et les taxinomies supportées, et la “traduction” des termes pour la boîte qui sera crée dans l’administration. La colonne de droite permet des réglages supplémentaires (url rewriting, permissions…) mais la configuration par défaut est en général suffisante.

Une fois le type créé, on retrouvera une boîte dans la colonne latérale de l’administration de WP, et l’on pourra commencer à ajouter du contenu de ce type (ici des projets).

Simple taxonomy.

Le fonctionnement de simple taxonomy est très similaire, on voit bien que les 2 extensions ont été pensées pour fonctionner ensemble par leur auteur. Une fois simple taxonomy ajoutée, le menu “Taxinomies personnalisées” s’affiche en dessous de celui des types de contenu dans la section réglages.

Comme vous pourrez le constater, on retrouve le même format pour la modification et l’ajout de taxinomie. Le contenu varie légèrement, mais le fonctionnement est le même. Ici j’ai ajouté une taxinomie “clients” pour pouvoir lier des clients à mes projets facilement.

Une nouvelle ligne s’ajoute ensuite dans le ou les types de contenu choisis pour la taxinomie (cf. capture d’écran de la boîte Projets) et permet de gérer par exemple les clients, et de les ajouter à tel ou tel projet.

ça y’est, vous pouvez entièrement gérer votre nouveau contenu et étendre les possibilités de votre WordPress ! Pour compléter, il peut être intéressant, comme je l’ai déjà dit, de créer des templates spécifiques pour les nouveaux types et taxinomies, ce qui est relativement simple si vous connaissez un peu de php/html et css et quelques fonctions de WordPress.

Join the Conversation

8 Comments

  1. Bonjour, je dois être bête mais je n’arrive pas à voir ce que la taxonomy et custom post peuvent apporter de plus qu’un classement par catégories.
    Je débute avec WordPress et j’essaie tant bien que mal de mettre sur pied un petit site qui va parler des plantes sauvages comestibles. Elles seront classées par saison, famille, recettes etc…
    J’ai créé donc des catégories pour ranger tout cela.

    Mes lectures m’amènent à découvrir la taxonomy, custom post, magic fields et autres joyeusetés. Et je n’arrive pas bien à voir les avantages que je pourrais en tirer. J’aimerais pourtant ne pas passer à côté de quelque chose d’important.

    Merci.

  2. Le concept en lui-même peut être difficile à appréhender, mais c’est en fait assez simple. Prenons l’exemple d’un site de cinéma, avec articles d’actualités et fiches de films dans lesquelles on retrouve les réalisateurs, acteurs, producteurs, genres…Si ce site est fait avec WP et les custom post et taxonomies, on aurait un custom post Films, et des taxonomies Réalisateurs, Acteurs, Producteurs, Genres.

    Tout cela permet en effet de catégoriser le contenu du site, mais de façon plus précise et plus sémantique. On pourrait par exemple rechercher tous les films d’un genre, ou tous les films réalisé par telle personne. Et on garde en même temps la partie Articles de WP pour ce à quoi elle est destinée initialement, des articles.

    Pour votre site : des taxonomies saison, familles, etc pourront permettre à vos visiteurs de rechercher dans votre contenu plus facilement. Bien sûr vous pourriez utiliser les catégories par défaut, et faire des sous-catégories, mais ce n’est pas optimal.

  3. Je comprends. Et si le visiteur recherche une plante en fonction de son nom et nom latin, je dois également créer ces 2 taxonomies? (nom et nom latin) Il faudrait alors que je mette à chaque fois le nom de la plante dans la taxonomie appropriée sachant que le titre de l’article serait déjà le nom de la plante. Ou alors le visiteur peut chercher en fonction du titre?

    Ensuite se pose la question d’affichage sur le site de ces taxonomies et des articles rédigés. Pas évident non plus :(

    Merci pour ces explications.

  4. Si le nom de la plante est le titre de l’article, c’est pas nécessaire de faire une taxonomie. Pour le nom latin non plus je dirais, les taxonomies servent à définir des éléments communs aux différents contenus, si le nom latin est unique, ce n’est pas son utilité.

  5. Bonjour Rémy, Je viens d’installer le plugin sur un site qui possède déjà deux CPT, malheureusement ils n’apparaissent pas comme tu la dis ici :
    “La première partie de la page contient les types déjà créés, pour pouvoir les modifier ou les supprimer”
    C’est un site en production, j’ai peur de manger mes CPT existant, comment rafraîchir le plugin pour qu’il me les détecte?
    Pour info WordPress 3.8 et SCPT 3.4.1

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

leo Praesent id porta. felis sem, sit risus justo diam Praesent mattis